Une émission datée de l’année 2003. 

“Nous n’avons pas dit la vérité sur Oswald”
Sénateur Richard Russel, membre de la commission Warren, 1970.
“Et le pire, c’est qu’ils vont tout rejeter sur le dos de ce gamin de vingt-quatre ans”
Ralph Dungan, assistant spécial du président Kennedy, 22 novembre 1963.
“Je ne suis qu’un pigeon !”
Lee Harvey Oswald, 23 novembre 1963.

Pour l’histoire officielle, Lee Harvey Oswald reste l’unique assassin du président John Fitzgerald Kennedy le 22 novembre 1963 à Dallas. Le rapport final de la commission d’enquête Warren sur l’assassinat de Kennedy nous dépeint un Oswald solitaire et désaxé.

Ses conclusions, qui ne font que reprendre le rapport d’enquête du directeur du FBI Edgar Hoover, présentent un Oswald pro- communiste qui aurait assassiné Kennedy à cause de sa politique envers Cuba.

Or, lorsqu’on enquête sur la courte vie d’Oswald, on découvre un homme menant une double vie. D’un côté un personnage médiocre et instable, vivant de petits boulots. De l’autre, un agent secret accomplissant des missions d’espionnage majeures pour la CIA (Central Intelligence Agency), l’ONI (Office of Naval Intelligence) et le FBI (Federal Bureau of Investigation).
Et si plus d’une double vie Oswald était aussi deux personnes bien distinctes et parfaitement sosie, reperées dès leur plus jeune âge par les services secret afin de contribuer à une machination trouvant une finalité dans l’affaire Kennedy ?

Après plus de 30 ans d’enquête sur l’affaire Kennedy , Jean-Marc Roeder livre une analyse minutieuse et documentée sur le mystère Lee Harvey Oswald.