Philippe Derudder | Monnaie : asservir ou servir ?

Emission programmée sur Akasha MédiaradioTV le mardi 6 mars 2018 à 18H avec Philippe Derudder.
Philippe Derudder – Monnaies : asservir ou servir ?

La monnaie on se la représente toujours inconsciemment et à toujours une place comme des pièces d’or. On se représente cette monnaie comme une chose de l’ordre d’une marchandise précieuse qui a une valeur propre, une existence.
Pour nous donc elle est matérialisée alors que comme le démontre la fable de “la dame de Condée” c’est juste des signes qui n’ont rien en soi et qui ne sont accepté que sur la confiance que les autres vont l’accepter aussi.

En 1992 Philippe Derudder est parti du monde de l’entreprise désenchanté pour contribuer à quelque chose qui  retrouverait du sens menant une réflexion comme “comment l’économie pourrait être mise au service non seulement de lui même mais de la vie, et non la vie dépendante de l’économie”. C’est malheureusement le cas auourd’hui.
Les peuples sont asservis à des services économiques qui s’imposent en maître bien au dessus même des politiques qui peuvent être que des serviteurs de cette économie.

On mesure la richesse dans nos pays qu’au travers du PIB qui est uniquement qu’un calcul de chiffres. On réduit la richesse à cette expression financière alors que la vraie c’est ce qui nous nourrie, nous vêt, nous chauffe. ce qui nous permet de vivre au quotidien. La monnaie impose l’idée “être riche c’est avoir beaucoup d’argent” or il y a un contresens du fait que l’on marche sur la tête. On donne à quelque chose qui n’a aucune valeur en soi la valeur de richesse (possession de l’argent). La véritable richesse c’est ce qui permet à la vie de s’exprimer sous toutes ses formes et l’économie et la monnaie devraient être au service de la vie et non l’inverse.

Notre monde est dans une période de déni de son mal. Un déni de vouloir reconnaître que l’on a créé nous même toutes ces crises et de cet égo qui se crispe et veut avoir raison et continuer l’idéologie ultralibérale alors que même certaines puissance tentent de s’en sortir comme le protectionnisme actuel des Etats Unis.