Olivier Senillou, James & Muriel | Clairvoyance et thérapies intuitives

Emission échange et débat programmée sur Akasha MédiaradioTV le lundi 4 juin 2018 à 18H avec Olivier Senillou et James & Muriel « Moadim ».
Rencontre, échange et débat sur la thématique : « Clairvoyance et thérapies intuitives ».
Les facultés médiumniques et extrasensorielles sont-elles définitivement limité à la caricature de la « bonaventure » ? Nos intervenants témoigneront de leur vision du domaine de la clairvoyance voué à plus servir dans le domaine de la thérapie brève et alternative.

Extraits émission :
« La clairvoyance en 2018 pour Olivier, Muriel et James. Avec le terme de clairvoyance on se retrouve normalement avec la capacité de pouvoir percevoir quelque chose par la vue mais au-delà de la vue commune de notre sens de voyant.
Il existe donc la clairesentience, la claireaudience qui passe par le canal auditif. Il est même possible d’ailleurs j’imagine d’avoir un sens de clairvoyance entre guillemets par le toucher. La clairvoyance c’est plus pour moi du sensitif, c’est à dire une capacité à obtenir une réponse spontanée avant même parfois que la question n’a été posée.

Capacité à pouvoir se connecter à une source de savoir intuitive et immédiate. Le ressenti dans l’instant présent. C’est une capacité que beaucoup de gens ont mais le mental fait souvent barrage. C’est ce qui sort de soi dans la spontanéité. Plus on est libre avec son mental et plus on désamorce le mental. Moins on se juge et moins on a peur du regard de l’autre et plus on rentre dans cette spontanéité.

Le clairvoyant c’est celui pratique le ressenti. C’est à la portée de tous. On a plus ou moins de facilités, il suffit parfois de travailler certains blocages, de se séparer de certaines fausses croyances, mais globalement c’est à la portée de tout le monde. C’est un sens qui fait partie de l’être humain. Ce que l’on peut observer grâce à internet, c’est qu’il y a un avant et après 21ème siècle.

Sur internet on peut constater qu’il y a énormément de gens qui possèdent ces capacités tout à fait naturellement et ce qui est flagrant c’est qu’ils ne mettent pas de nom dessus. Internet est un grand bon en avant pour la libération de ces choses là, pour sortir du silence. Selon l’éducation que l’on a eu, on ne nomme pas, on ne met pas de mot mais ça renvient exactement au même. »

Plus d’infos sur James et Muriel sur leur site Moadim.fr.
Olivier Senillou est auteur des deux livres « ODAS » , plus d’infos sur son site.